Menu Content/Inhalt
Accueil arrow Autour du Fuchsia arrow LES FUCHSIAS ET LE PARFUM
LES FUCHSIAS ET LE PARFUM Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par jaja   
29-04-2011

 les fleurs n'existent que pour être fécondées

et assurer l'avenir de leur espèce, chacun le sait,.La pollinisation peut être effectuée par différents agents : le vent, la pluie, les insectes, les oiseaux, parfois les chauves-souris, et même exceptionnellement, c'est le cas de l'aspidistra, par les escargots et les limaces.

Chaque plante à su adapter sa fleur à son agent pollinisateur, parfois par une spécialisation très pointue (certaines orchidées n'attirent qu'une unique espèce d'insectes). La couleur, le parfum, ainsi que la qualité nutritive de certains pollens et nectars sont des éléments d'attraction.

La grande majorité des fuchsias est adaptée à la pollinisation par les oiseaux-mouches et seules les espèces mexicaines à petites fleurs, des sections Encliandra, Schufia et Jimenezia sont fécondées par des insectes.

La pollinisation par les oiseaux implique que les fleurs soient rouges car ils distinguent le rouge et le vert, ce qui est difficile pour les insectes ; résistantes, avec l'ovaire protégé, pour ne pas pâtir du bec dur des oiseaux, et qu'elles produisent un nectar abondant pour satisfaire leur grand appétit.

Ce nectar contient souvent un mélange de sucres différent de celui apprécié par les insectes. Pour décourager parmi ces derniers ceux qui pourraient dérober le nectar sans effectuer la pollinisation, celui-ci est produit au fond d'un long tube souvent hérissé de poils ; dans certaines espèces telle que Fuchsia boliviana, les filaments des étamines peuvent même constituer une cage protectrice au-dessus du haut du tube.

Les fleurs sont en général retombantes non seulement pour empêcher la pluie de diluer le nectar mais parce qu'ainsi, pour y pénétrer, les insectes ne trouvent pas l'appui nécessaire à la plupart d'entre eux comme aux oiseaux autres que l'oiseau-mouche. Il est intéressant de remarquer que les fuchsias de Nouvelle-Zélande sont visités par des oiseaux percheurs plus lourds, et ont une adaptation particulière : leurs fleurs sont le plus souvent vertes et violâtres avec des tubes plus courts et plus larges, elles ne sont pas toutes retombantes et ont de courts pédoncules le long de branches relativement raides ou même sur de vieux bois.Avec quelques exceptions l'odeur des fleurs, que ce soit le parfum de Nicotania qui attire les papillons de nuit ou la puanteur de charogne qui plait aux mouches (Stapelina par exemple) n'existe que chez celles qui sont pollinisées par les insectes ou les mammifères.

Celles qui le sont par les oiseaux sont inodores, l'odorat de ceux-ci étant très peu développé. Cette absence d'odeur se retrouve même chez les espèces mexicaines à petites fleurs et bien que « Fuchsia arborescens » ait été appelé « Fuchsia syringaeflora », cela est dû à la ressemblance entre ses grappes de fleurs et celles du lilas, (syringa), et non à un parfum comparable.Cela n'implique pas qu'il n'existe aucune différence entre les odeurs des différents fuchsias susceptibles d'être perçues par les « nez » subtils. Dans « F. arborescens »par exemple les inflorescences serrées contiennent assez de nectar pour que beaucoup puissent y détecter un parfum de miel, surtout en serre où il n'y a pas assez d'insectes pour le butiner. Il est possible aussi qu'il existe chez certains cultivars et espèces des arômes dus aux différents sucres qui composent le nectar, aux éléments chimiques des poils destinés à repousser les insectes, ou à d'autres composants complexes présents dans les plantes et différents selon les espèces.

Le fuchsia « Cambridge Louis »  fut ainsi nommé en l'honneur de Mrs. Louise NAPHTEN, une productrice de Cambridge, qui, complètement aveugle, reconnaissait à l'odeur un grand nombre de cultivars.

D'après John Wright
Traduit par S. NETILLARD

 

Dernière mise à jour : ( 03-07-2011 )
 
< Précédent   Suivant >