Menu Content/Inhalt
Accueil arrow Au fil des saisons arrow Les fuchsias et le soleil
Les fuchsias et le soleil Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par LAMY   
13-03-2014

En prévision... que cette année nous ayons du soleil,



A l'exception des fuchsias blancs et bleus et des blancs et mauves : ces plants sont très sensibles à la chaleur et même abrités à l’ombre, ils s’affaiblissaient très vite.

Le blanc vire au rose et la couronne devient rouge.Tel sont par exemple « Fiona » et Lady Katleen spence ».

Concernant les nombreuses sortes de fuchsia rose ou rose et blanc, il est impossible de déterminer un comportement type, car ils réagissent très différemment.

Toutefois, les feuillages peuvent donner une indication : Les variétés à feuillage dur  résistent mieux que celles à feuillage tendre. Quant aux variétés blanches, elles doivent impérativement rester à l’ombre si l’on veut garder leur couleur et il faut les protéger au mieux des averses.

Les hybrides de Tryphilla sont extrêmement adaptés aux jardins ensoleillés. Ils donnent des fleurs en bouquet à l’extrémité des tiges, généralement d’une seule couleur, de l’orange au rouge. Il en existe un très grand choix, dont les plus connus sont « Gardenmeister Bonsted » « Leverkusen », « Billy Green », « Elfriede , Ott » et ils demandent un peu de chaleur lors de l’hivernage(10° 12°) Parmi les espèces ou formes sauvages , le groupe des magellanica est particulièrement intéressant : non seulement ils tolèrent bien le soleil, mais ils sont rustiques.

Toutefois les règles générales ne correspondent pas forcément à toutes les variétés et si l’on n’a pas soi-même assez d’expérience, il ne faut hésiter à demander conseil à des amateurs plus expérimentés.

Si l’on doit cultiver une nouvelle variété, il faut l’observer attentivement et réagir très vite au premier signe de déclin. Si une plante ne se porte pas bien au soleil, donnez-lui un peu d’espace. Notez vos observations de manière simple sur l’étiquette de la plante : cela vous ervira pour la suite.                                                                                                                             Texte de Fons Jansen

 
< Précédent   Suivant >