Menu Content/Inhalt
Accueil arrow Culture & entretien arrow L'EAU DE SAULE
L'EAU DE SAULE Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par LAMY   
27-07-2014
L'EAU DE SAULE
L’eau de saule est une décoction de saule


permettant, comme l’auxine , de faciliter le bouturage des végétaux.
L’écorce de saule est connue depuis l’antiquité pour ses vertus curatives. On a retrouvé la trace de décoction de feuilles de saule dans un papyrus égyptien datant de 1550 av. J.C.
Les romains connaissaient aussi ses propriétés, le nom latin du saule est salix.
On peut la fabriquer par exemple en écrasant quelques rameaux (de préférence) et feuilles de saule (toutes espèces confondues) qu’on laisse tremper pendant 4 à 5 semaines dans de l’eau de pluie.

On récupère cette eau et on y met à bouturer les tiges de la plante. On arrose ses boutures replantées. L’eau de saule favorise la rhizogenèse.
Il se forme une couche qui ressemble à une sorte de gel laissant des résidus glissants sur les doigts. Tremper la base de la coupe de la bouture du fuchsia dans ce gel et la planter en terreau de bouturage.

Ce liquide « gelée » facilite le bouturage ou le marcottage de n’importe quelle plante et de renforcer les arbres et plantes affaiblis (par un rempotage par exemple).
Cette technique était très utilisée avant la commercialisation de l’hormone de bouturage en jardineries.
La théorie de « l’eau de saule » :
L’aspirine mélangée à de l’eau est souvent utilisée pour prolonger la durée de vie des fleurs coupées. L’aspirine est un anticoagulant naturel ; c’est-à-dire qu’elle ralentit le processus par lequel les fluides sont transformés en solides. L’aspirine est également connue pour fluidifier le sang. Elle semblerait avoir un effet semblable sur les végétaux en empêchant à la plante de coaguler ses plaies et donc de s’assécher puis mourir.
L’aspirine est un dérivé de l’acide salicylique, naturellement synthétisé par certains végétaux (comme la reine-des-prés ou le saule), qu’on trouve dans l’écorce des saules. Il existe d’autres composés chimiques ou hormones (auxine) facilitant l’enracinement, mais l’acide salicylique semble être un des principaux composants.


Il a été prouvé que l’acide salicylique permet de bloquer la réponse à une blessure provenant de l’acide abscissique. L’acide abscissique est une hormone de stress libérée par toutes les plantes en réponse à une blessure ou une maladie ; il induit la fermeture rapide des stomates et la « fermeture » des secteurs blessés de la plante.
En freinant cette réaction, l’acide salicylique empêche l’assèchement de la plante et lui permet de guérir en produisant de nouvelles racines.
La « puissance » de l’eau de saule dépendra évidemment de la concentration en acide salicylique du gel obtenu.
Par le même mode d’action, l’eau de saule réduit les inflammations (AINS) chez l’humain, résultant d’une dilatation vasculaire, comme les coups de chaleur, qui ne s’accompagnent pas forcément de coups de soleil. Alors pourquoi ne pas essayer d’arroser vos fuchsias lors de grosses chaleurs pour les protéger, telles des humains ? A vous de nous informer des résultats…
MAIS attention : l’eau de saule n’est toutefois pas un produit miracle. Elle ne permettra que de faciliter le bouturage ou le marcottage à condition que ceux-ci soient tout de même réalisés selon les « règles de l’art ».


                        Yannick BACON
Tous les textes sont disponibles sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFLD)

 
< Précédent   Suivant >