Menu Content/Inhalt
Accueil arrow Autour du Fuchsia arrow F. EXCORTICATA (groupe Skinnera)
F. EXCORTICATA (groupe Skinnera) Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par LAMY   
29-07-2014
F. EXCORTICATA (groupe Skinnera)
Fuchsia BotaniqueLe plus grand fuchsia arbre de Nouvelle Zélande,

F. excorticata pousse dans toutes les forêts naturelles même éloignées de mer.

C'est un des arbres indigènes les plus communs de Nouvelle Zélande.Il prolifère partout, certains spécimens peuvent atteindre des hauteurs de 13 mètres. Ils peuvent être assemblés en bosquets.

Ces arbres ont parfois un tronc de plus d'un mètre de diamètre.Noueux et tordus ils sont facilement reconnaissables. Leur écorce brun rosâtre forme des festons accrochés aux troncs et aux branches. Quand on les pèle, on découvre une nouvelle couche d'écorce largement plus claire, et dessous le bois apparaît d'un vert lumineux.Satiné et glacé au toucher, le bois de F. excorticata a une texture attractive et est utilisé pour la marqueterie, les incrustations des meubles de bureau ainsi que pour de petites sculptures. Son bois ne brille pas facilement.Le F. excorticata baptisé «kotukutuku» par  les Maoris est aussi reconnaissable  ses feuilles.

Elles sont lancéolées et atteignent les 10 cm de long. Largement froissées, elles sont d'un vert terne sur le dessus et gris argent sur le dessous. Cette coloration inhabituelle est due à une couche de cire. Les feuilles ont un pétiole mince. Les bords sont largement dentelés avec un bout pointu. Quand une brise souffle à travers les feuilles le contraste des couleurs est assez frappant !La section Skinnera est très différente des autres sections d'Amérique du sud avec son pollen bleu caractéristique que seuls les fuchsias de Nouvelle Zélande possèdent.

Il est aussi intéressant de noter que le plus vieux pollen fossile de fuchsia a été trouvé en Nouvelle Zélande. On estime qu'il a exilé, il y a 30 millions d'années.Les fleurs de F. excorticata sont moyennes, longues d'environ 4 centimètres, elles poussent individuellement directement sur la tige ou sur le tronc, ainsi qu'à l'aisselle des feuilles. Dans la partie plus chaude du nord du pays la floraison débute fin août, dans le sud ces arbres fleurissent encore début décembre.

Quand la floraison débute, les fleurs sont d'un vert doux légèrement strié de violet, virant plus tard au violet rougeâtre. Les fleurs femelles et hermaphrodites apparaissent sur des arbres différents. Chaque fleur est composée d'un simple ovaire attaché à un tube en forme d'entonnoir avec quatre sépales pointus et recourbés à demi ouverts, quatre petits pétales forment une petite corolle violet à sombre d'où sortent huit étamines. Les filets sont rougeâtres, longs pour les fleurs bisexuées avec des anthères jaunes contenant des graines de pollen d'un bleu lumineux.

L'ovaire est cylindrique avec un style fin et long dépassant les étamines, le tout surplombé par un stigmate globulaire jaune. Les femmes maories se servaient des grains de pollen bleu brillant pour se farder les yeux. Les baies qui suivent appelées «konini» en maori sont violet foncé quand elles mûrissent, remplies de graines «agréables à manger».Pendant la floraison, les oiseaux qui cherchent le nectar dans les fleurs sont colorés par le pollen bleu.

Ces oiseaux indigènes sont les «tuis», les «bellbirds», les «silver eyes» et des pigeons locaux les «kokako» qui méritent une mention spéciale car comme le kiwi ils ne volent pas. Ces oiseaux devaient être plus communs autrefois lorsqu'il n'y avait pas de prédateur, grâce à l'éloignement de ces îles. La Nouvelle Zélande n'a pas eu de contact avec le reste du monde pendant 150 millions d'années et ce n'est que ces derniers siècles que l'homme et d'autres prédateurs sont arrivés dans ce pays. C'est pourquoi ces oiseaux n'avaient pas à voler pour se sauver face au danger. Le «kokako

 
< Précédent   Suivant >