Menu Content/Inhalt
Accueil arrow Au fil des saisons arrow Lutte biologique
Lutte biologique Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par LAMY   
31-05-2015
Les Parasitoïdes :

La larve du parasitoïde vit constamment en contact étroit avec l’hôte qui lui sert de nourriture.

Incapable de se déplacer, celle-ci effectue la totalité de son développement aux dépends de son individu-hôte, dont elle provoque la mort plus ou moins rapidement ;
On distingue deux comportements chez les parasitoïdes :

L’ectoparasite pond ses œufs près ou à la surface de son hôte alors que

l’endoparasite pond ses œufs dans le corps de son hôte.

L’action des parasites est plus lente, indirecte et davantage spécifique (rapport un parasite/un ravageur-hôte).
Les micro-organismes entomopathogènes :

Parmi les agents pathogènes, on distingue les champignons, les bactéries, les virus. Tous ces organismes provoquent une maladie chez l’insecte-hôte.
La bactérie Bacillus thuringiensis (Bt) est actuellement le micro-organisme le plus utilisé en lutte biologique.

Il a selon les souches, une activité larvicide sur différentes espèces d’insectes appartenant à trois ordres : Lépidoptères, coléoptères et diptères.
Il existe des produits à base de champignons qui sont testés sur plusieurs espèces : chenilles, pucerons, aleurodes, thrips.

La grande sensibilité de ces germes liée à la température et à l’hygrométrie limite toutefois leur utilisation.
Les nouveaux produits appelés bio pesticides, apportent de nouvelles solutions et peuvent venir en complément des auxiliaires entomophages.Dans un prochain bulletin nous aborderons les thrips et leur prédateur

 

 
< Précédent   Suivant >