Menu Content/Inhalt
Accueil arrow Le fuchsias détaillé arrow Historique de l'origine à nos jours
Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Nococo   
14-12-2007
 Classement du genre  fuchsia  composant des « Onagraceae »

Les premiers fuchsias découverts sont des fuchsias botaniques qui ont été classés au fil du temps en sections. L’importance de ces sections varie de 1 espèce dans 3 sections à plus de 60  dans la grande section qui porte aussi le nom d’une variété. Elles sont  pour le moment de 11 sections.

 01 Quélusia
 espèces type F. magellanica originaire du Brésil
 02  Fuchsia  espèce type triphylla originaire d'Amérique.
 03  Ellobium
 espèce type F. fulgens originaire du Mexique
 04  Hemslleyella  espèce type F. juntasensis originaire de Bolivie , Pérou
 05  Kierschlegeria  espèce type F. lycioides originaire  du Chilit
 06  Schufra  espèce type arborescence originaire du Costa Rica
 07  Jimenezia  espèce type F. jimenezii originaire de Panama
 08 Encliandra
 espèce type F. encliandra originaire du Mexique
 09  Skinnera  espèce type F. excorticata originaire de Nelle Zélande, Tahiti
 10  Procumbens  espèce type F. procumbens originaire de Nelle Zélande
 11  Pachyrrhiza  espèce type F. pachyrrhiza originaire du Pérou

Histoire de l’origine des fuchsias

Les premiers fuchsias ont vraisemblablement "évolué" dans les forêts tempérées d’Amérique du Nord (de 25 à 55 millions d’années avant notre ère) .

Il y a 100 millions d’années, l’ancien super continent qu’on appelle la PANGEE et qui englobait tous les continents actuels, commence à se disloquer.
- La première partie séparée du reste, a reçu le nom de LAURISSA (Laurisse), contenant une masse composée de l’Amérique du nord, le Groenland, l’Europe et l’Asie, sauf l’Inde.
- La seconde moitié appelée GONDWANALAND comprend l’Amérique du sud, l’Afrique, l’Australie, l’Antarctique et le sous continent indien. Pendant cette période l’Antarctique qui n’a été recouvert de glace que depuis 1 million d’années, n’avait rien de commun avec ce qu’elle est aujourd’hui, mais ressemblait aux zones forestières du Brésil contemporain.
Cette situation permettait une migration naturelle jusqu’à l’autre rive du Pacifique.

La section SKINNERA qui comporte 4 espèces était présente en Nouvelle Zélande,: F. perscandens, F. excorticata, F cyrtandroides, F. procumbens. C’est le seul groupe qui pousse spontanément hors du continent américain en Nouvelle Zélande et sur l’île de Tahiti en Polynésie Française. F. cyrtandroides se trouve sur les pics volcaniques les plus élevés de l’île. Cette espèce est certainement arrivée à Tahiti par l’intermédiaire d’un oiseau. Par ailleurs les Fuchsias de la section SKINNERA ont les graines les plus petites et les plus nombreuses. Elles se prêtent donc particulièrement à ce genre de transport aérien.

A une période située entre 65 et 25 millions d’années, un ancêtre du fuchsia a effectué une longue migration vers le Nord de l’Amérique du sud, que nous appelons aujourd’hui l’Amérique Centrale. Ce lointain descendant a évolué pour former les sections actuelles : Encliandra, Jimenezia, et Schufia. Elles sont toutes très différentes les unes des autres, mais certains caractères prouvent l’existence d’un ancêtre commun. Leurs petites fleurs sont idéalement adaptées à la fécondation par les insectes.

Les autres sections comprennent les autres espèces du genre et ont, en toute probabilité, un ancêtre commun. Il y a 20 millions d’années, le climat tiède d’Amérique du sud subit un refroidissement dû au courant de "Humboldt", les Andes se forment. Dix millions d’années plus tard, elles étaient assez hautes pour empêcher la chute des pluies sur leur partie orientale. Cinq millions d’années plus tard, toutes les forêts de ces pentes disparaissent et l’aridité s’installe sur le coté pacifique d’Amérique Centrale et de l’Amérique du Sud. Mais F. lycioides  l’unique espèce de la section  KIERSCHLEGERIA s’adapte peu à peu.

D’autres adaptations se produisent progressivement, dont les plus nombreuses se sont produites dans la section FUCHSIA qui comporte environ 60 espèces et qui avaient commencé à évoluer bien avant la formation des Andes.

La variété et la complexité de cette grande famille du Fuchsia sont si passionnantes que les botanistes parcourent des pentes accidentées et dangereuses pour les faire connaître. Ils trouvent d’ailleurs parfois des espèces encore inconnues sur le bord d’une route ou sur la place de l’église en ruines d’un village détruit par une éruption volcanique.

Ce fut Charles PLUMIER, botaniste, qui découvrit le premier fuchsia et qui commença à l’étudier vers la fin du 17è siècle. Il le trouva au cours d’un de ses voyages à St DOMINGUE, l’actuelle République dominicaine et rapporta la nouvelle de sa découverte en France. Charles Plumier donna à cette plante le nom d’un botaniste, Leonhart von FUCHS . On peut encore voir aujourd’hui la plaque commémorative sur sa maison natale, que la ville de Wemding (Allemagne) a dédiée à son grand fils. Carl von Linné (1707-1778), botaniste suédois et fondateur de la nomenclature binaire, a repris dans son livre « Species Plantarum »(1753) la description avec l’illustration du Fuchsia triphylla flore coccinea (à fleurs rouges) de Plumier en l’appelant, selon son système, Fuchsia triphylla. Fuchsia désignait ainsi le genre, triphylla l’espèce.

Les premières traces de fuchsias cultivés et commercialisés remontent aux années 1789 en Angleterre. Depuis cette époque on a découvert de nombreuses autres variétés. La propagation de ces nouvelles variétés de fuchsias en Europe inspira très vite les premières tentatives des horticulteurs pour les croiser entre elles, cherchant à produire de nouvelles variétés avec des fleurs plus grosses aux couleurs différentes.

En 1871 James LYE produisit un certain nombre de variétés différentes (corolles rouges et calice blanc). Encouragés par les nouvelles des succès venant d’Angleterre, les Français et les Allemands commencèrent à s’y mettre.

Revenons un peu en arrière :

Sur un coup de chance, un jardinier du sud de l’Angleterre obtient par hasard une plantule portant des fleurs à tubes, et sépales blancs et corolle pourpre. La couleur blanche du tube, à cette époque, est une nouveauté. Le cultivar fut distribué sous le nom de « Vénus Victrix » c’était en 1840. A l’origine toutes les variétés étaient rouges et bleues.
 La première édition du livre de Félix PORCHER sur le fuchsia , son histoire et sa culture (1844) ainsi que la seconde (1848) mentionne plus de 520 variétés.
Nous devons (pour le 18è siècle) des variétés cultivées encore aujourd’hui à  KOCH, WEINRICH, HARTNAUER entre autres et pour le 19è siècle à Karl BONSTEDT, FRIEDRICHT, REHNELT.
Dans le même temps Victor LEMOINE de Nancy (père et fils) produisent 400 nouvelles variétés, les ROZAIN-BOUCHARLAT de Lyon en créent de nombreuses autres qui existent encore aujourd’hui, et bien d’autres cultivateurs, CORNELISSEN , COENE, en Belgique, KOCH, TWRDY, KLEIN,WEINRICH, nous en ont laissé d’autres toujours en vente de nos jours.
A la fin du 19è siècle devaient apparaître deux nouveaux jardiniers allemands qui développèrent les variétés telle que  Koralle, Göttingen …. 
Le succès du fuchsia persista jusqu’à la première guerre mondiale.
Le travail, alors, se faisant rare on utilisa davantage les serres à des fins plus  alimentaires que florales. Après la guerre le fuchsia devint synonyme d’une époque révolue et sa popularité  commença à s’estomper.
Après la première guerre mondiale « l’American Fuchsia Society – AFS » et la création de la société britannique des fuchsias (1938) a réactivé l’engouement des amateurs en Europe.
Dans les années 50 les pépiniéristes européens enthousiasmés par les créations américaines commencèrent à les importer. Ces nouveaux spécimens suscitèrent en Europe un regain d’intérêt qui ne s’est toujours pas démenti.
Les hybrideurs actuels
Massé, Roesse, Comperen, , K.Strümper, Michiels,
Dernière mise à jour : ( 26-02-2010 )
 
< Précédent   Suivant >